annonce femme de la ligurie

D'une manière générale, on peut dire que la Ligurie des auteurs grecs et latins, que nous appellerons la Ligurie proprement dite et que Tite-Live divisait en Ligurie cisalpine ou italienne et en Ligurie transalpine ou gauloise, s'étendait sur la portion orientale du bassin du Rhône.
Ils nous les représentent comme des hommes infatigables et durs envers eux-mêmes, comme de vaillants guerriers et d'intrépides marins.
Les Ligures étaient divisés en un grand nombre de tribus, lorsqu'ils furent soumis par les Romains, entre l'an 200 et l'an 1.
Leurs auteurs nous les dépeignent comme menteurs, perfides, rusés, intéressés, adonnés à la rapine et à la piraterie.A l'arrivée des peuples ombro-latins, les Ligures proprement dits doivent avoir été refoulés vers les Alpes maritimes, tandis que les Sicules, repoussés vers le Sud, pénétrèrent en Sicile.Cette province embrassait Nice, Gênes, le Sud du Piémont ainsi que la partie Ouest de Parme et de Piacenza.1312 où se trouve le mot ligustikhn doit être rectifié en libustikhn ( Rev.(A une époque antérieuse aux temps historiques, il se serait séparé d'une souche plus ancienne, peut-être de la même, que celle dont descendaient les Celtes et qu'avant ceux-ci ils ont paru dans l'Europe occidentale, supposait déjà Arbois de Jubainville).Par contre, le Périple de Scylax, reproduisant probablement un document du commencement du IV e siècle, fait une distinction entre les habitants de la Ligurie proprement dite et le peuple mixte des Ibéro-Ligures occupant la contrée à l'Ouest du Rhône.De plus, si les Ligures et les Ibères avaient été de même origine, Scylax n'aurait pas pu dire qu'il existait sur les côtes de la mer Méditerranée à l'Ouest du Rhône, une peuple mixte formé de Ligures et d'Ibères.Les Ligures Comati se soumirent et leur pays alpin fut définitivement réduit en province romaine.Nombre de chercheurs, à commencer par Maspero, se sont cependant refusé à voir dans les Shakalash les Sicules de l'Italie et de la Sicile.
Reculant peu à peu devant les Gaulois du Nord au Sud comme auparavant ils avaient probablement du reculer du Sud au Nord devant les Grecs, ils furent refoulés dans les vallées alpines de l'Est.
Dans leurs vastes forêts, ils avaient de magnifiques arbres de 8 pieds de diamètre, avec des veines de plusieurs couleurs, dont ils faisaient des tables valant celles de citronnier ( Diodore de Sicile ).




Festus Aviénus signale également la présence des Ligures dans le Nord de l'Espagne.Les Ligures auraient donc été maîtres de la Suisse jusqu'à l'arrivée des Helvetii (Helvètes).Jusqu'à l'époque de la conquête gauloise, la partie de l'Italie septentrionale, que les Romains appelleront plus tard la Gaule cisalpine, était occupée à l'Est par les Etrusques et à l'Ouest par les Ligures.Les Ligures, qui, auparavant déjà, avaient probablement cédé le Nord et le centre de la France aux Celtes, durent se retirer devant ces nouveaux conquérants non seulement sur les côtes de la Méditerranée, mais encore dans le bassin du Rhône.À l'ensemble des pays soumis à la domination ligurienne pendant la dernière période annonce de femmes à la recherche pour les hommes du Néolithique.Comme armes, ils portaient des arcs, des flèches probablement garnies de pointes en pierre ou en os, des frondes, de courtes épées en fer, de petites haches pareilles à celles des Grecs et des boucliers d'airain de forme oblongue.




[L_RANDNUM-10-999]