les relations, la crise

La fin de avenue site de rencontre la guerre froide, les deux guerres d'Irak, le conflit en Afghanistan, la crise avec l'Iran et la récente crise financière mondiale ont remodelé la politique étrangère turque, a ajouté.
Gageons que dEST contribuera, à lavenir, à alimenter ce dialogue).
Jacques Sapir, Directeur dEtudes à lehess et économiste.Ces divergences compliquent le règlement de la crise.«Il doit repartir dans son pays ou bien être remis à la justice a déclaré sur lantenne de RFI Agnès Monnet, la secrétaire générale du parti de Laurent Gbagbo.La perception arabe de la Turquie : Sabiha Senyücel Gündoar, de la tesev, a affirmé que la perception arabe de la Turquie est extrêmement positive, tandis que l'inverse n'est pas vrai, selon une enquête menée par la tesev.Cette belle mécanique de lunion retrouvée entre deux partenaires géopolitiques indissociables survivra-t-elle à la crise que traverse le Burkina Faso depuis quelques jours?Elle se traduit aujourdhui par la présence dentre 3 et 4 millions de travailleurs burkinabè (selon des estimations non-officielles) dont le dur labeur dans les plantations du cacao de la Côte dIvoire est à l'origine du «miracle» ivoirien, en même temps que cette immigration représente.Les spécialistes reconnaissent, eux aussi, que le rôle de médiateur que Compaoré a joué dans le dossier ivoirien après les élections de 2010, a plutôt bénéficié au camp Ouattara.Nouvelle approche de la politique étrangère turque :.Les 8 intervenants se sont succédé pour aborder différentes thématiques, de lanalyse économique au droit international, en passant par le retour dexpérience de missions dobservations électorales et le reportage journalistique.Conséquences des soulèvements arabes :.
Autrefois considérée comme hostile à légard de la région, la Turquie a investi aujourdhui des efforts considérables en vue de réparer les relations avec ses voisins arabes.
Volant au secours du gouvernement, le porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR, parti au pouvoir) a, par ailleurs, expliqué que, marié à une Ivoirienne, Blaise Compaoré était, lui aussi, ivoirien selon la loi du pays.




Enfin, pour Venance Konan, rédacteur en chef du"dien gouvernemental.Tout semble indiquer que les soubresauts que traverse le «pays des hommes intègres» ne manqueront pas d'imprimer sa marque sur la nouvelle page qui s'ouvre dans ses relations historiques avec son frère ennemi auquel son destin demeure indissociablement lié.En conclusion, Bahgat Korany, de l'Université américaine du Caire, a affirmé que la Turquie devrait être perçue comme un Etat non-arabe réussi du Moyen-Orient.Sur tous les sujets, les intervenants ont souligné létendue des divergences entre la Russie et lUE, ainsi que, comme souvent, au sein de lUkraine elle-même.Il va falloir attendre linstallation dun régime ami à Abidjan en 2011 pour voir les rapports entre les deux pays se normaliser peu à peu (une première détente avait eu lieu lorsque, suite à la médiation de Compaoré, l'accord politique de Ouagadougou avait été signé.Il ne faut pas donc s'attendre à les voir annulées dans un avenir proche.
La réticence arabe envers l'influence turque : Rami Khouri, de lInstitut Issam Fares à l'Université américaine de Beyrouth (AUB a suggéré que les Etats arabes sont sur la voie de la démocratisation et de la reconquête de leur souveraineté.


[L_RANDNUM-10-999]